Mademoiselle vous allez terriblement me manquer !, 2009

Pièce sonore pour 6 haut-parleurs

Textes du poète français Patrick Bouvet 

 

Mademoiselle… est une oeuvre évolutive. C’est un travail de recherche où, à chaque étape, se greffe un medium, une histoire ou un scénario, des artistes, afin de raconter la vie d’un couple dans ses détails. Mademoiselle… est, au départ (2009), une pièce sonore créée pour une zone où le son et l’écoute prennent une dimension fictionnelle troublante autour des lectures et des chuchotements de deux personnages, une pièce radiophonique dans laquelle des voix - chuchotements, jeu de superpositions de textes, lectures, transformation des voix - sont mixées à des sons naturels : des bruits de pas, feuillage, d’ambiances. L’auditeur spectateur se retrouve plongé dans cette fiction, il est auditeur des lettres de chacun et est témoin de la chute de ce couple.

Cette pièce évolue au fil du temps. La seconde version de Mademoiselle... (2010) est un film, un long plan-séquence de 45 minutes, qui raconte le moment de la séparation du couple. Le tournage du film a eu lieu lors d’un concert du groupe de métal bordelais Year Of No Light, au TNT, à Bordeaux, organisé spécialement pour la réalisation de ce projet. Year of No Light a composé un morceau de 45 minutes appuyant les faits et gestes des acteurs.

 

Synopsis

Durant une insomnie, Alexandre écrit une lettre à sa petite amie. Cette lettre raconte des passages de sa vie du moment, de son intimité et le constat de leur relation actuelle : Il l’aime mais souhaite lui dire qu’il n’a plus envie de la voir. Il a envie de la quitter. Pourquoi ? il ne sait pas. Alexandre ne sait plus où il en est. Est-ce la disparition du sentiment amoureux et/ou la dépression qui rôde qui le rend insomniaque ? Ses sentiments sont confus. Ils sont peut-être tout simplement trop amis et plus amants. La petite amie, Judith, écrira également une lettre en réponse à celle d’Alexandre.

 

Afin de reproduire l’état nébuleux de l’insomnie, j’ai choisi d’éclater chaque diffusion via six enceintes. Quatre des haut-parleurs diffusent une partie des textes lus correspondant au personnage. Les bribes de textes ne sont pas diffusées en même temps mais tour à tour, dans un va-et-vient permanent. Dans le même temps, dans l’espace dédié, sont installés deux haut-parleurs de plus pour diffuser la pièce sonore recréant les ambiances. Le résultat de ces diffusions est une pièce radiophonique éclatée, non fixée, propice à générer une ballade sonore dans un univers mental à part entière. Enfin, pour créer la sensation de trouble, de vertige, de tournis, j’installe à l’endroit où je peux faire le noir, où se trouvent les haut-parleurs, des gyrophares de couleur rouge.

 

Bande sonore (version en stéréo) / 7'10"

 

 

 

 

 

Trois vues du dispositif de diffusion.

Exposition à Vychodoslovenska Galeria, Kosice (Slovaquie), 2009 

 

 

Diffusion

Maison D’art Bernard Anthonioz, Nogent sur Marne

Festival City Sonics, Mons (Belgique)

Maison des Métalos (Paris)

Vychodoslovenska Galeria, Kosice (Slovaquie)