Crisis, 2009

Bois, éclairage, machine à fumée

5 x 3 x 4,5 m

 

Crisis est une maison générique à échelle 1 mais dont la texture extérieure est un bardage brut non jointif. Sans porte ni fenêtre mais éclairée de l’intérieur, elle laisse échapper de toute sa surface une fumée inquiétante. En référence au film de Tarkovski - Le Sacrifice (1986) - qui se termine par l’incendie d’une maison, Crisis interroge l’imaginaire du foyer : la projection de soi dans la maison, la nécessité de se déposséder d’un espace qui n’est plus ontologiquement neutre. Crisis intervient avant le brasier, dans un flottement spatio-temporel qui n’obéit pas à la logique ; la catastrophe est latente mais dans ce temps suspendu, tout reste encore possible.

 

 

 

 

 

 

 

Les Floralies de Garein, 2010