Extérieurement, 2015

dimensions variables

 

À la façon de monochromes, 19 éléments Jean Prouvé sont accrochés au mur. Datant des années 60, cet extrait de façade fait de baies, de fenêtres et de murs est décomposé lors de sa présentation dans la galerie carrée de la Villa Arson. Chaque module initialement placé à l’horizontale se retrouve à la verticale selon un format classique de peinture, le portrait. De ce fait, ils deviennent des readymades et acquièrent une autonomie dans l’espace. En ce qui concerne la présentation d’un ensemble et de son accrochage, je dirais que c’est bien leur installation qui articule ce que ces travaux représentent, c’est-à-dire ce qu’ils sont dans le champs de l’art. C’est leur installation qui fait qu’ils existent et ils existent forcément par eux mêmes et aussi par rapport à un lieu et peut-être même dans leurs rapports entre eux, voire dans leurs rapports à d’autres travaux de l’histoire de l’art et de l’architecture.

 

 

 

 

 

 

Crédits photographiques : Jean Brasille / Villa Arson Nice