Utopia, 2015-19

Vues 3D réalisées avec 3ds Max © Thierry Anglade

Projet en cours de production dans le cadre du dispositif Les Nouveaux commanditaires 

Production - Médiation : pointdefuite

Institut Thérapeutique Educatif et Pédagogique (ITEP) d'Eysines

 

*Utopia se présente sous la forme d’un kiosque abritant une vaste table et un banc circulaires. Ces éléments sont éclairés en permanence par un plafond lumineux qui bénéficie d’une énergie produite de manière autonome, grâce à l’installation de plaques photovoltaïques sur son toit. Tenant lieu d’arrêt de bus - et intrinsèquement de point de départ ou d’arrivée, Utopia est un symbole d’autonomie tant du point de vue de la mobilité des individus que de son fonctionnement interne. Installées dans l’espace public, la table ronde et son assise appellent à investir cet espace habituellement vécu comme un lieu de passage et assimilé à un « non-lieu ». Son appropriation par les usagers en fait une bulle utopique d’échanges rendus possibles et un moyen d’accéder à l’indépendance, fonction de la posture adoptée en son sein. Stimulant l’imaginaire, des éléments de sa composition n’apparaissent que dans un second temps, et si l’on s’attarde en ce lieu : une chaîne d’ADN double dissimulée sous la table, un banc aux « pieds- chromosomes » X et Y et dont une faille rompt la ligne circulaire offrant ainsi une place à l’inconnu de passage, à une chaise ou à un fauteuil roulant... Et des erreurs, des anomalies, des écarts, infimes et insolites, qui viennent semer le doute et brouiller les repères : n’est-ce pas un pied anachronique de style Henri II qui fait office de prothèse en lieu et place d’un pilier manquant ? Et quel chevalier des temps modernes a bien pu cadenasser son casque plutôt que sa monture ? Quel Don Quichotte a mené par erreur son heaume à l’écurie et laissé son cheval divaguer ? Utopia ouvre en ce sens la voie à la poésie et au rêve éveillé tandis que son revêtement extérieur constitué de miroirs reflète discrètement son environnement. Point d’ancrage dans la ville, le kiosque s’inspire de l’esthétique épurée des stations services et devient un lieu de sociabilité entre halte et transit, à la fois délimité et ouvert, protecteur et passant, que patients de l’Institut et simples habitants d’Eysines sont appelés à utiliser ensemble.

 

 

 

 

 

 

 

 

Photomontage réalisé par Sylvain Latizeau, architecte pour La Nouvelle Agence