Les Patiences, 2017

Acrylique et gomme sur papier

21 x 29,7 cm

extrait de la série

 

Les Patiences sont l’écho de l’attente de la découverte et de la perdition dans l’infini bleu. Attendre et espérer de trouver enfin la terre recherchée, de comprendre la cartographie des écumes plutôt que de buter contre l’inconnue, contre l’horizon confondu entre l’océan et l’ozone. Cette série est le paradoxe de nos tendances à vouloir représenter ce que nous voyons, vivons et entendons, sans moyens, sans savoirs. Comment comprendre ou connaître ce que je ne vois pas, ce que je ne vois plus à cause de l’habitude. Ces étendues bleues sont la perte et l’attente au milieu des mondes pacifiques, l’errance absolue parmi l’immaîtrisable, comme un combat contre le désespoir. En espagnol, on dit esperar, qui se traduit par attendre et espérer.