Lave yeux 2000

Lave yeux, saule pleureur, eau

210 x 22 cm

 

"Il s'agit d'un laveur d'yeux, souvent utilisé dans les usines où il y a beaucoup de poussière, où on manipule des produits chimiques, par exemple nécessitant de se passer les yeux sous l'eau. L'idée est de le mettre [dans l'espace public] avce son explication sous forme de signes puis de voir comment les gens l'utilisent, quel sens cet objet prend dans la ville." J. Vieille

S'interrogeant sur l'utilisation possible de l'eau s'écoulant de la fontaine et se déversant sur le sol, Jacques Vieille a associé le lave-yeux à un saule. Il en sera le tuteur et l'alimentera à chaque fois que quelqu'un actionnera le mécanisme. L'œuvre est une intrication de plusieurs niveaux, allant de l'allusion à l'utilité d'avoir de l'eau disponible dans l'espace public, [...] de l'interprétation symbolique de l'eau (pureté et purification) à sa disponibilité (renouvellement ou épuisement). Catherine Grout, extrait du dossier de présentation de la 3ème biennale d'art contemporain d'Enghien les Bains, 2000

 

 

 

La Souterraine, 2005

 

 

Cale du port de Larnagol, Calvignac, 2002

 

 

Mobilité, Architecture, 3ème édition de Biennale d'art contemporain d'Enghien-les-Bains, 2000